Sur un air de salsa… à Cuba

"Plus on est fou, plus on rit !"

Ah Cuba !… cette île des Caraïbes, restée figée dans les années 50, représentée par les chansons du Buena Vista Social Club connues dans le monde entier.

C’est vrai ça, quand on pense à Cuba, on pense salsa, rhum et mojito, cigares, Fidel Castro, plages et eaux turquoises et vieilles américaines.

Je suis allée y faire un tour pendant l’été 2016, soit quelques mois avant la mort de Fidel Castro. El Comandante a laissé la main à son frère Raoul Castro en 2008 après avoir été à la tête du pays pendant plus de 50 ans. Depuis 2014 et le rapprochement avec les Etats-Unis, il paraît que la nation du cigare va changer et qu’il faut se dépêcher de la visiter avant qu’elle ne perde son essence… ou que la modernité fasse disparaître l’ensemble des clichés pour lesquels elle est connue…

J’ai donc décidé de partir découvrir ce pays dont je rêvais depuis mon adolescence. Ce que j’écris est avant tout subjectif et valable au moment où j’y étais, le mois d’août étant une période TRES touristique. Une connaissance y est allée en octobre et n’a pas du tout eu le même ressenti.

J’ai choisi 7 points d’étape :

  • La Havane
  • Trinidad
  • Camagüey
  • Santiago de Cuba (pour le carnaval)
  • Holguin et Guardalavaca
  • Varadero
  • Viñales et Cayo Jutias

 

Les transports entre les étapes

Je n’ai voyagé qu’en bus avec la compagnie Viazul. Leur site permet de consulter les horaires, les prix et même de réserver depuis la France ! Je n’ai eu aucun problème avec les réservations faites à l’avance. En revanche, sur place, c’est la queue assurée pendant des heures d’ouverture incertaines. Selon le bureau sur lequel vous tombez, l’agent ne voudra pas forcément vendre un billet qui n’est pas au départ de la gare routière où il se trouve. Les bus sont confortables mais très souvent complets voire parfois surbookés. Il existe des trajets de nuit.

Pour les bagages, selon les villes, il y a un « service » qui les prend en charge en échange d’un petit pourboire. En fait, c’est obligatoire. Ils sont alors pesés et étiquetés (attention, il existe un poids maximal… de 20 kg il me semble…). A l’arrivée, le ticket du bagage est demandé pour le récupérer. Ça a été surveillé quasiment à toutes mes étapes donc je n’ai pas été préoccupée par le vol possible de mon sac.

Cette compagnie est plutôt destinée aux touristes mais des Cubains l’empruntent également.

 

L’hébergement

Les auberges de jeunesse sont peu répandues. Elles commencent à se développer. Je sais qu’il y en a au moins à La Havane et à Trinidad. J’en ai testé une à La Havane pour $7 par nuit dans une chambre à 4 lits.

J’ai essentiellement séjourné dans des casas particulares qui s’apparentent à nos chambres d’hôtes françaises. La chambre comprend salle de bain, WC, un lit double plus un lit simple parfois, la télé et la climatisation. Le tarif varie de $20 à $25 soit en moyenne 22,5€ pour la chambre.

Toutes les chambres étaient propres et confortables, les propriétaires très aimables. Très souvent, ils proposent le petit déjeuner ($3-5) et le dîner ($7-10). Les quelques fois où j’ai mangé chez l’habitant, je me suis régalée.

 

La nourriture
Du côté des repas, il y a beaucoup de plats en sauce à base riz et haricots rouge. Si vous en avez marre du riz, les Italiens ont semé quelques spécialités culinaires à Cuba. A ma grande surprise, on peut y manger des pizzas et des pâtes. Il ne faut quand même pas s’attendre aux pizzas qu’on a l’habitude de manger. Ce que je retiendrais surtout ce sont les jus de fruits frais et les très bonnes glaces artisanales.

Concernant les lieux, vous avez : chez l’habitant, dans les restaurants d’Etat, et les restaurants familiaux. Ils servent la même chose mais à des prix des variables.

 

Quelques éléments sur les étapes :

La Havane : architecture coloniale, musées, ville assez grande avec des quartiers éloignés. C’est la capitale !

La Havane (Cuba) - Des cerises en été

La Havane (Cuba) - Des cerises en été
Le Malecon à La Havane

La Havane (Cuba) - Des cerises en été

Trinidad : petite ville aux façades colorés avec une plage à proximité accessible en bus ou taxi, possibilité d’excursions à cheval plutôt sympas, cours de salsa…

Trinidad (Cuba) - Des cerises en été

Trinidad (Cuba) - Des cerises en été

Trinidad (Cuba) - Des cerises en été

Camagüey : ville au centre du pays, un peu moins touristique mais jolie également…

Camagüey (Cuba) - Des cerises en été
La moto del Che 😉

Camagüey (Cuba) - Des cerises en été

Camagüey (Cuba) - Des cerises en été

Santiago de Cuba : 2ème ville du pays, vallonnée (ça m’a rappelé San Francisco), le carnaval a lieu en août…

Santiago de Cuba (Cuba) - Des cerises en été

Santiago de Cuba (Cuba) - Des cerises en été

Santiago de Cuba (Cuba) - Des cerises en été

Holguin : ville beaucoup moins touristique et pourtant sympathique, joli point de vue après avoir gravi les escaliers jusqu’à Loma de la Cruz.

Holguin (Cuba) - Des cerises en été
Loma de la Cruz à Holguin (Cuba) – Des cerises en été

Holguin (Cuba) - Des cerises en été

Guardalava : à une soixantaine de kilomètres de Holguin, pour les transports, j’étais avec mon amie cubaine (heureusement !) car c’était un peu l’aventure ! On a dû prendre 5 moyens de transport différents pour s’y rendre et en revenir mais ça en valait la peine ! Superbes plages avec du relief, des cocotiers, un marché (pour touristes), des Cubains, des touristes…

Guardalavaca (Cuba) - Des cerises en été

Varadero : j’ai fait un court passage à Varadero car ma curiosité l’a emporté. Verdict : ça n’a pas de charme et pas grand intérêt. Oui la plage est très belle et l’eau turquoise mais j’ai largement préféré Guardalavaca.

Viñales : région qui contraste avec les autres étapes : cadre verdoyant, randonnées à pied ou à cheval dans la campagne, joli paysage de mogotes. Ville la plus touristique de mon périple : il n’y avait que des touristes dans les rues, un conseil réservez votre hébergement à l’avance !
Viñales (Cuba) - Des cerises en été

Viñales (Cuba) - Des cerises en été

 

Cayo Jutias : les Cayos (îlots) sont nombreux autour de Cuba. Difficile de choisir… Celui-là est accessible en taxi depuis Vinales. La route est sportive mais notre chauffeur connaissait ses aspérités par coeur et c’est préférable ! Plage, cocotier, eau turquoise et quelques restaurants pour touristes.

Cayo Jutias (Cuba) - Des cerises en été

 

Ce que j’ai aimé

  • l’eau turquoise, transparente et chaude
  • entendre du reggaeton et de la salsa tout le temps (il vaut mieux aimer la musique latine !)
  • les fruits frais et les jus de fruits : mangues, ananas, goyava, papaye… UN DELICE !
  • la ponctualité et le confort des bus (si si !! Aucun de mes bus n’a eu de retard.)
  • les façades colorées
  • l’architecture coloniale
  • pouvoir discuter avec de nombreux Cubains et leur sympathie alors que j’avais lu qu’ils n’avaient pas le droit de parler aux touristes
  • l’accent cubain
  • me sentir en sécurité à tout moment du jour et de la nuit
  • les vieilles américaines colorées qu’ils entretiennent et retapent… certaines paraissent neuves !
  • les paysages verdoyants à Viñales
  • la Fabrica de Arte Cubano à La Havane : un lieu détonnant dans une usine réhabilité mélangeant bar, salles de concert et d’exposition… Je me croyais à New-York !
La Fabrica de Arte Cubano à La Havane (Cuba) – Des cerises en été

Ce que j’ai moins aimé

  • la sur-sollicitation permanente pour acheter quelque chose ou prendre un taxi alors que j’adooooooore marcher. Vraiment c’est du non-stop.
  • la difficulté à faire confiance car même après une première bonne impression sincère, la personne finit par déballer ce pour quoi elle est venue te parler ou les petits arrangements entre Cubains sur le dos des touristes…:-( Je sais c’est le jeu ma pauvre Lucette…
  • le fait de devoir réserver les trajets de bus à l’avance de peur de rester bloquée dans une ville ce qui m’a enlevé un peu d’improvisation et de flexibilité

 

Au détour de rencontre…

  • Il y a eu ce chauffeur de taxi très gentil, qui a été ingénieur pendant plus de 10 ans mais voyant son salaire stagner à $60 par mois a décidé d’investir toutes ses économies dans une voiture, acquises grâce à une mission faite au Vénézuela. Il gagne désormais en moyenne $1500 et peut aider sa famille.
  • Il y a eu cette jeune femme croisée à un arrêt de bus qui partageait sa frustration de travailler non stop de 8h à 20h, 6 jours sur 7 et de ne jamais pouvoir réunir les moyens financiers suffisants pour partir en voyage…
  • Il y a eu ces jeunes hommes qui rêvent de séduire une voyageuse occidentale, à condition qu’elle ne soit pas étudiante, dans le but de décrocher le sésame pour sortir du pays…
  • Il y a eu ce jeune Cubain qui a la chance de recevoir de l’argent de son frère installé en Europe et qui a claqué plusieurs centaines d’euros en une seule soirée alcoolisée…
  • Il y eu cette jeune angolaise et ce jeune haïtien venus étudier les sciences à Cuba…
  • Il y a eu ce couple cinquantenaire fonctionnaire qui m’a reçu comme un membre de leur famille, débordant de générosité, qui gagne à eux deux au maximum $100 par mois…
  • Et bien d’autres…

Les Cubains attendent avec impatience l’arrivée des touristes américains qui ont la réputation d’être plus généreux en pourboire que les Européens. Le tourisme est un moyen pour beaucoup de Cubains d’accéder au dollar et à un niveau de vie supérieur. Cette partie de la population vit plutôt bien. En revanche, une majorité est fonctionnaire et donc payée en pesos cubanos. Le salaire moyen d’un médecin est de $25 par mois.

Internet s’est démocratisé récemment sur l’île. Cela reste assez cher. Les Cubains achètent des cartes pré-payées pour se connecter en wi-fi via leur téléphone sur dans les parcs publics et contacter leur famille à l’étranger.

Les Cubains connectés au Wifi - Des cerises en été
Les Cubains connectés au Wifi – Des cerises en été

¡ Hasta la vista !

5 thoughts on “Sur un air de salsa… à Cuba

  1. Ton article donne vraiment envie d’aller y faire un tour 😉
    et tes photos sont magnifiques (mention spéciale pour la 1ère sur Trinidad)!!!

  2. Tu écris si bien, c’en est un délice !
    J’ai redécouvert Cuba grâce à ton récit ; tu as meme réveillé un désir enfoui d’y retourner un jour peut-être… bravo ! Et merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *