Laëtitia imagine la tiny house de tes rêves !

"Plus on est fou, plus on rit !"

A la création du blog, j’avais cette rubrique à coeur. Il suffisait juste de se lancer. L’objectif est de faire connaître des parcours et des entreprises à vocation sociale ou environnementale à travers le portrait de leur fondateur.

Voici Laëtitia Dupé, cofondatrice de l’entreprise Tiny House Baluchon, qui dessine les plans de chaque petite maison selon les besoins et souhaits du client. Chacune d’entre elles est unique.

La vie d’avant… d’être cheffe d’entreprise

Dans le cadre de mon projet de fin d’études en Master Design industriel produit et espace, je me suis penchée sur la cabane dans le jardin. Déjà, ce souvenir d’enfance réapparaissait. J’ai complété mon cursus par une année administration des entreprises et management, sans projet précis mais avec l’idée que peut-être un jour je créerai mon entreprise… J’ai intégré une grosse entreprise, d’abord en tant que designeuse de produit, puis je suis devenue la Directrice artistique de l’image de marque du groupe au niveau européen. Un poste très intéressant et bien payé mais je ne trouvais plus de sens à ce que je faisais. La « matière » me manquait.

Le déclic

En 2013, je découvre le documentaire « Tiny » sur Internet. A cette époque-là, les infos se trouvent essentiellement à l’étranger. Je passe des heures et des heures à surfer sur Internet pour glaner des renseignements. Ce mouvement réunit beaucoup de paramètres qui me parlent : la mobilité, l’écocontruction, la simplicité volontaire, le minimalisme… Après 4 ans, je décide de quitter mon emploi et la région parisienne pour construire ma Tiny House car c’est un habitat qui me correspond. C’est avant tout un projet personnel pour me laisser le temps de réfléchir à ce que je souhaiterais faire par la suite… Cela n’a pas forcément été évident car l’entourage ne comprenait pas que je puisse quitter un bon poste pour construire une « cabane »… J’ai rencontré Vincent qui construisait aussi sa propre Tiny House. Il a une licence en éco-construction. Huit mois plus tard, ma mini-maison est prête. Alors que faire ? J’ai appris beaucoup de choses. Pourquoi ne pas se lancer dans ce domaine ? Je ne l’aurais pas fait toute seule, c’est pourquoi la rencontre avec Vincent a été décisive. Notre binôme est complémentaire. Une 3ème personne s’associe au projet, Charles, spécialisée en charpenterie. Je finis par découvrir un projet d’entreprise de construction de Tiny House en Normandie. L’entreprise Tiny House Baluchon est créée en 2016. Il aura fallu 3 ans pour la monter. Les 2 premières Tiny Houses sont construites sans client. Depuis, c’est uniquement sur commande.

Les difficultés

  • les banques ne suivent pas car c’est une activité complètement nouvelle.

  • Le marché est inconnu donc on n’avait aucune idée si nous allions trouver des clients. Pas d’étude de marché.

  • Trouver des fournisseurs locaux et éco-responsables.

 

Le premier salaire

SMIC à partir d’un an d’existence pour les 3 co-gérants.

Les réussites personnelles

  • créer un collectif polyvalent

  • le travail en équipe

  • développer sa créativité malgré les contraintes techniques

  • démontrer que les femmes ont leur place dans l’entrepreneuriat du bâtiment

 

Ce que tu as appris

  • l’entrepreneuriat

  • les différents matériaux et leurs propriétés

 

Un conseil ?

  • ne pas attendre la retraite pour réaliser certains projets

  • parler de son projet autour de soi pour trouver des alliés

  • favoriser la qualité au bon marché

 

Et au fait, que faisaient tes parents et grands-parents ?

Papy : menuisier

Papa : plâtrier et chef d’entreprise

Maman : aide maternelle

Et après ?

Développer l’accompagnement et des outils pour les auto-constructeurs


Tiny House Baluchon en chiffres :

Création de l’entreprise en 2016

16 tiny house installées aux 4 coins de la France

Surface moyenne : 13 m2 au sol + 6 m2 de mezzanine


Vous rêvez de vivre dans une petite maison, sur-mesure avec tout l’équipement nécessaire ? Tiny House Baluchon crée des Tiny House sur-mesure avec du bois massif, des matériaux recyclables et de l’isolation biosourcé. Elle accompagne également les auto-constructeurs dans leur projet.

www.tinyhouse-baluchon.fr/


 

Pour ceux qui ne connaissent pas ce mouvement :

Le concept de Tiny House ou micromaison vient des Etats-Unis. La crise de 2008 a fortement contribué à son développement car les familles ne pouvaient plus payer leur crédit immobilier ni accéder au logement. La Tiny House s’est avérée la solution pour avoir un toit à un coût correct. Il a fallu attendre 2014-2015 pour que le mouvement commence à se faire entendre en France.

La Tiny House est donc une vraie maison, généralement en bois, avec tout l’équipement nécessaire pour une surface moyenne de 20 m2. On y vit seul, en couple ou même avec un bébé. Les profils sont très divers. La Tiny House est transportable avec une remorque et un véhicule adapté si elle respecte des limites de dimensions et de poids.

Vivre dans un espace aussi réduit ne convient pas à tout le monde. Cela implique d’avoir beaucoup moins d’affaires, des vêtements aux objets. Souvent, les adeptes de ce type d’habitat vivent davantage en extérieur.

Enfin, côté réglementation, c’est encore assez léger étant donné la nouveauté. Je vous renvoie à cet article de Positivr qui parcourt les différents points importants.

L’info sociale

L’association Quartorze propose d’installer une Tiny House gratuitement dans son jardin pour accueillir des migrants. Cela permet que chaque famille conserve son autonomie et intimité mais surtout que des migrants puisse avoir un toit. Elle cherche d’autres financements pour en installer ailleurs qu’en Ile-de-France. Plus d’infos sur le site In my backyard.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *