Je prolonge mon gilet

"Plus on est fou, plus on rit !"

Cela faisait quelques temps que je souhaitais proposer une nouvelle rubrique : la prolongation de vêtements par le raccommodage ou reprisage. Et oui, alors que nos grands-parents (enfin surtout nos grands-mères !) faisaient tout pour faire durer les vêtements, la société de consommation et l’accès à des produits peu chers, nous ont fait oublier ces bonnes habitudes et savoir-faire.

Qui reprise encore ses chaussettes ?

C’est une des premières choses que mamie m’a apprise en couture. C’est chiant certes mais je reprise mes chaussettes. S’en dégage un petit sentiment de fierté : je reproduis des habitudes d’antan et fais durer mes vêtements. Cela m’est plus facile de lutter contre l’obsolescence programmée des vêtements que des appareils électroniques…

Un jour, mamie me dit « bah dis donc, ton gilet est usé aux coudes. Il faut que tu fasses des coudières. On ne sort pas avec un gilet comme ça. » Mince alors, j’avais ce gilet depuis près de 10 ans et je n’avais jamais pensé à regarder les coudes ! Mais entre sa remarque et le moment où je me suis décidée, il s’est passé quelques mois (un an ?…)… J’avais l’impression qu’on ne voyait que mes coudes ! J’avais honte mais la procrastination dominait !

Il faut dire que je ne fais plus les magasins depuis plusieurs années. Les rares fois où je tente une expédition shopping, je suis découragée par la qualité de ce qui est vendu… les tissus boulochent déjà, les matières sont prêtes à craquer… quand ce n’est pas déjà le cas, juste pour le « style » ! Merci la fast fashion.

Je tâche donc de garder mes vêtements le plus longtemps possible et profite parfois de généreux donateurs, ce qui me permet de renouveler un peu la garde robe. Ce gilet n’a pas bougé depuis toutes ces années. Aucune bouloche n’est apparue, c’est quand même exceptionnel ! Il était donc évident que j’allais faire quelque chose pour donner un coup de neuf aux coudes. Mamie m’avait donné la solution, il suffisait d’ajouter des coudières.

J’avais le choix entre acheter une paire de coudières toute faite à 5€ que j’avais juste à coller ou récupérer un bout de tissu chez moi. J’ai été tentée et puis je me suis dit que c’était contraire à ce que je voulais faire, à savoir réduire les déchets inutiles. La coudière de supermarché vient du bout du monde et est entourée de plastique alors que j’avais tout ce qu’il fallait chez moi. La décision a donc été rapide.

Réaliser ses propres coudières

Voici les étapes pour la réalisation des coudières :

  • estimer la dimension à recouvrir

  • dessiner le patron

  • choisir le tissu, dans mon cas, un jean de récup’
  • découper jean et viesline selon le patron

  • thermocoller les deux pièces ensemble
  • et enfin les coudre sur chaque manche. Comme la manche est trop étroite, ce n’est pas possible à la machine à coudre. J’ai donc fait un point de feston. Les coudières du commerce se collent. Or je voulais me laisser la possibilité de changer si je me rendais compte que ça ne me plaisait plus. Il suffira de découper les fils et d’en faire de nouvelles.

 

 

Alors vous tentez ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *